Liste de Mars (avec du retard)

  • Shiloh de de Shelby Foote : Shiloh est un texte fort sur l’engagement des soldats lors de la guerre de sécession. Shiloh qui veut dire Paix en hébreu, donne la voix à six soldats qui racontent le carnage de cette guerre. L’ouvrage raconte dignement le chaos d’une guerre insensée. Chaque prise de parole, chaque regard, chaque émotion semble parfaitement juste. Cependant, avec du recul, ce livre n’a présenté aucun intérêt pour moi. Je ne partage finalement pas l’engouement car je me souviens uniquement avoir forcé pour le finir.

Capture d’écran 2019-06-09 à 21.21.10

  • Je me suis tue de Mathieu Menegaux : Ce petit livre est un excellent livre qui se dévore en quelques heures. J’aurais eu plus à dire si je n’avais pas eu une impression de déjà vu, déjà lu. J’ai lu quelques mois plus tôt, « le malheur du bas » de Inès Bayard qui franchement ressemble beaucoup à ce livre, d’autant plus que la chute est exactement la même. Pour le coup, « je me suis tue » a été écrit en 2015 et celui de Inès Bayard en 2019. L’auteur choisi de mettre un peu plus de distance par rapport au viol, on s’attarde davantage sur le couple. Ce que je retiens c’est l’écriture et la capacité à nous inviter dans un univers, dans un fait divers. La capacité à écrire un petit livre auquel on ne se détache pas.

 

Capture d’écran 2019-06-09 à 21.21.20

  • L’empreinte de Alexandria Marzano-Lesnevich: Si vous recherchez un livre différent de tout ce que vous avez lu, arrêtez vous et lisez celui-ci. Le démarrage de l’empreinte a été lent et désorganisé pour ma part. J’ai poursuivi cette lecture un peu perplexe jusqu’à ce que tout s’éclaire.  Ce livre est un électrochoc. La dimension autobiographique, journalistique et imaginaire est intéressante et surtout peu commune. On est à la croisée de deux histoires qui ne se ressemblent pas et dont on ne comprend pas la similitude pendant plusieurs longs chapitres. Puis vient la note, le récit , l’écho sur le sens de l’histoire. On rentre dans un travail de réflexion. De réflexion profonde et parfois dérangeante. On arrive dans une série de questions sur nos histoires passées qui construisent nos opinions et ce que nous sommes et serons. Bien que j’ai eu parfois du mal à m’y retrouver, c’est un livre intelligent, c’est un livre qui nous intoxique, c’est un livre puissant doté d’une grande maturité.
    Ce n’est pas mon coup de cœur malgré qu’il nous tient en haleine néanmoins c’est un livre qui ne se compare à aucun autre et c’est bien ce que je retiendrai.

Capture d’écran 2019-06-09 à 21.21.28

  • Le Roi Chocolat de Thierry Montoriol : Enfin un livre qui trainait dans ma PAL depuis trop longtemps.  Le Roi Chocolat retrace l’histoire de l’inventeur du célèbre « Banania ». C’est une histoire riche en anecdote et c’est surtout instructif. Même si on se perd trop souvent dans les longues descriptions, nous vivons une réelle aventure à la fois exotique et authentique. C’est un fabuleux voyage inattendu à travers plusieurs continents, on a l’impression que notre héros a vécu plusieurs vies. Ce n’est pas un véritable coup de cœur mais c’est une lecture très agréable : si vous recherchez de l’immersion et du dépaysement, le roi chocolat vous attend.

Capture d’écran 2019-06-09 à 21.21.38

  • Ma Chérie de Laurence Peyrin : De Zelda Zonk à Hanna en passant par Miss Cyclone, arrivant jusqu’à l’aile des vierges, je suis alors tombée sous le charme de la plume de Laurence Peyrin.  Me voilà donc avec Ma Chérie, nouveau roman de Laurence Peyrin. C’est un rendez vous réussi pour Ma chérie. C’est réussi pour la dimension historique du livre. Je dis oui pour la décharge émotionnelle et l’attachement aux personnages. Je dis oui car encore une fois, Laurence nous propose un nouveau roman, différent des autres. Je dis oui pour l’héroïne, Gloria , au caractère bien trempé et très attachante. Je dis oui pour la romance et les papillons dans le ventre.  Si vous n’avez pas encore lu un livre de Laurence Peyrin, N’hésitez vraiment pas : ce sont tous des bijoux. J’ai une préférence pour l’aile des vierges qui a été dans mon top 5 de 2018 et avec lequel je suis passée par TOUTES les émotions possible !

Capture d’écran 2019-06-09 à 21.21.46

  • Ici les femmes ne rêvent pas de Rana Ahmad : Ici les femmes ne rêvent pas, a un goût de la chanson de Maxime Forrestier : être né quelque part. Ce livre fait froid dans le dos et donne un peu d’espoir aux femmes saoudiennes, prisonnières d’une vie qu’elles n’ont pas choisi. C’est un livre autobiographique, passionnant, alarmant. Ce livre rappelle que le féminisme est un combat. Cela rappelle que la liberté et la démocratie sont des combats. L’égalité est un combat. Rana se livre et raconte avec justesse et innocence le long chemin parcouru pour gagner sa liberté.
    C’est un témoignage qui ne s’oublie pas.

Capture d’écran 2019-06-09 à 21.21.58

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s